Le Pays Basque

Le Pays Basque
Le petit train de la Rhune

mercredi 23 novembre 2016

Déjà Noël, c’est le moment de préparer du foie gras !



C’est bientôt les fêtes de fin d’année et les préparations ont déjà commencé. Comme on le sait tous, Noël est une fête qui a une connotation culturelle forte, empreinte de tradition et de modernité. C’est un instant de partage autour d’une belle table, décorée et garnie de mets délicieux et délicats pour le plus grand bonheur des convives.

Le foie gras de Noël, une tradition bien gardée !
Le foie gras à table est une tradition que l’on garde jalousement et chaque année à l’approche de Noël des recettes traditionnelles et même très modernes sont sorties de nos mémoires ou des livres de cuisine pour régaler les papilles. Le foie gras qui est non seulement parfumé, mais aussi d’une grande délicatesse est un met que l’on aime déguster avec des recettes variées à Noël. En effet, même si on ne consomme pas tous la même nourriture le soir de Noël, le foie gras reste un met traditionnel qui s’invite presque sur toutes les tables. L’assaisonnement détermine le goût et la délicatesse du foie gras. En effet, les épices mélangées sont une tradition qui allie non seulement saveur, mais aussi douceur sur cette chair ferme et tendre. En général, c’est un mélange de quinze épices qui vient rehausser le goût du foie gras et en fait le bonheur des palais gourmets.

Misez sur un foie gras naturellement préparé pour une saveur inégalée !

À l’approche de Noël, les offres pour le foie gras se multiplient partout. Foie gras cuit, mi-cuit ou cru, assaisonné, tout y passe. Dans cette multitude d’offres, il devient presque impossible de savoir où donner de la tête. Cependant, ce qui est sûr c’est que le foie gras naturellement préparé, cru ; cuit ou mi-cuit est le meilleur. Cette préparation naturelle se fait sans ajout d’additif chimique ni de colorants encore moins de conservateurs pour relever le goût ou pour prolonger la date limite de consommation. Aujourd’hui, il apparaît clairement d’après plusieurs études que ces éléments ne sont pas très sains pour la santé et beaucoup de consommateurs font la chasse aux produits les contenant. Notons également que le foie gras sans aucun de ces additifs et colorants a un goût plus naturel et plus exquis compte tenu de la finesse de cette chair tant convoitée.

 Profitez d’une offre de -10 % avec le code BON10 pour vous procurer du foie gras de qualité (sans conservateurs, ni additifs ni colorants) sur www.relaisgourmet.com

 qui respecte non seulement la préparation culinaire de grand-mère et une bonne dose de modernité. De plus, ce foie gras est naturellement sain et plus diététique. Vous pouvez en faire plusieurs mets, entrés, repas principal ou d’autres recettes plus fines et délicates. En choisissant ce type de foie gras, vous sortez gagnant à tous les coups.

Bonne dégustation

Relais Gourmet


lundi 9 mai 2016


L’édition 2016 du Salon de l’Agriculture a été l’opportunité pour Relais Gourmet de faire sensation en présentant sa nouvelle gamme « Le Foie gras autrement ».

Après le succès de ses terrines apéritives (« Apéros Gourmet »), Relais Gourmet a su séduire les consommateurs les plus exigeants en terme de qualité et d’innovation en leur proposant une nouvelle gamme délicatement parfumée aux saveurs authentiques et audacieuses. Vous pourrez donc désormais goûter aux étonnantes alliances du Foie Gras et de produits originaux tels que la Vanille, le citron de Menton, les Ecorces d’oranges confites, les algues et Salicornes ou encore le Cacao ! Cette création démontre que le Foie Gras, aussi traditionnel soit-il, se marie de mille et une façons si l’on respecte sa délicatesse, sa noblesse et sa subtilité. Plus besoin de condiments, il est déjà parfumé et mis en valeur par des saveurs inattendues.

Sans conservateurs, sans colorants ni additifs, cette nouvelle gamme Foie Gras entièrement  fabriquée dans le Sud-Ouest de la France, séduira vos papilles et ravira celles de vos amis. A partager à l’apéritif ou en entrée, «le Foie Gras Autrement» sera le partenaire incontournable de votre table, apportant nouveauté et exotisme en toute simplicité mais en toute originalité !

Découvrez toutes nos suggestions d’accompagnement en pains et en vins sur notre site : www.relaisgourmet.com.
Nous vous offrons 10% avec le code BLOG10 sur le site www.relaisgourmet.com

mercredi 24 février 2016

Un bon de réduction pour le Salon de l'Agriculture


Le salon de l'Agriculture de Paris ouvre bientôt ses portes...

Je vous propose de venir déguster une nouvelle gamme de produits originaux et sans conservateurs, sans additifs ni colorants : "Le Foie Gras Autrement"

Stand Relais Gourmet-Pays Basque : Hall 3-Allée A-Stand 74

Oserez vous?

Nous vous offrons un chèque cadeau de 5 euros à utiliser sur notre stand!!


Au plaisir de vous voir.

Agur

mardi 23 février 2016

Relais Gourmet à l’heure du « Pintxo »



Plus communément appelé Tapas en France, le Pintxo signifie, en langue basque, des bouchées piquées sur un bâtonnet. Mais aujourd’hui, il est devenu un plat gastronomique miniature. 

Ce bijou de la gastronomie basque espagnole dont le fief est à Donostia (Saint Sébastien, pays basque espagnol) s’apprécie d’abord avec les yeux, puis ravit les papilles grâce à ses fragrances légères et ses arômes voluptueux. En union avec un vin, la lutte gastronomique, pacifique et purement esthétique peut alors avoir lieu. Entre le Pintxo et le vin naît une complicité, une séduction…un mariage de saveurs, de couleurs, de tons qui dépasse « l’entendement humain ».

Du simplissime Pintxo de tortilla (omelettes aux pommes de terres) ou croquettes de jambon Ibérique de Bellota jusqu’aux plus élaborés, l’imagination culinaire autour du Pintxo n’a pas de limites. Au milliers de variétés existantes à base de viandes, légumes ou produits de la mer entre autres, viennent s’ajouter continuellement des nouveaux trésors dans ce monde du Pintxo. Les plus grands chefs de l’intelligentsia culinaire basque se plongent dans cet univers de l’infiniment petit.

Sachez aussi qu’à chaque Pintxo son vin ! A base de poisson, un vin blanc s’impose alors qu’à base de viande, un bon verre de vin rouge s’impose (Rioja ou Ribera de Duero, bien sur). Quant au vin rosé, il accompagnera formidablement les Pintxos mixtes ou à base de légumes.

L’éternel renouvellement et la diffusion des nouvelles « découvertes » en la matière permettent de perpétuer cette tradition en gardant la qualité intacte si attaché à la cuisine basque.

Nous vous détaillons ci dessous deux recettes et quelques adresses afin que vous puissiez profiter vous aussi de ces merveilles.

J.Perez

Relais Gourmet

jeudi 18 février 2016

Communiqué de Presse presque bidon




Savez-vous comment est né le fameux Turron (Touron) espagnol ?

C'est grâce à  Maria-Simona ! Et oui, Maria-Simona, jeune bergère valenciana (Province de Valence) au regard de braise, travaillait avec sa famille dans les montagnes qui surplombent les plaines, elle gardait les moutons et quelques chèvres de son père tout autour de Jijona, petit village fortifié bâti à fleur de rocher pour se protéger des attaques, et des invasions étrangères. 

Les pierres des maisons changent de couleur avec la lumière des différentes heures du jour, et les parfums qui courent dans les ruelles étroites et serpentées enivrent les pèlerins curieux qui font l'effort de gravir la montagne jusqu'à l'église qui domine un pays immense et encore sauvage : la rosée fraîche du matin, les écorces et les mousses qui s'éveillent et frémissent, puis les buis et les chênes liège au zénith de midi et enfin le thym, le romarin et les mille et une plantes aromatiques qui se sont offertes au soleil durant la journée, livrent leurs senteurs douces et chaudes en se mêlant aux embruns du large.  


Le vent, dans cette région, est aussi indomptable que les cabris qui bondissent de rocs en pâturages sur les flancs de la montagne verdoyante. On dit même qu'il rend fou... 

Maria-Simona, un jour de grand vent, s'échappe des pâturages et abandonne son troupeau pour courir, légère et discrète entre les arbres, loin du regard de son père : elle va retrouver Diego, le beau soldat du village, à la peau dorée par le soleil, aux lèvres douces et sémillantes, qui la transporte loin des brebis et de son quotidien de labeur. 

Elle a 20 ans, et l'amour lui donne des ailes en dévalant les pentes sinueuses des coteaux embrasés de soleil... Elle a enveloppé ses cheveux dans un foulard noir et remonté ses jupons pour ne pas être gênée dans sa course vers les yeux noirs de celui qui fait battre son cœur. 

Enfin elle arrive sous le grand olivier centenaire : Diego l'attend, souriant, le torse droit et fier comme il l'est au combat. Et c'est avec l'élégance et la grâce des nobles chevaliers qui donnèrent leur vie pour le roi Jacques 1er, qu'il la prend dans ses bras, l'attire à lui et la serre contre son cœur. 

Elle lâche le petit panier d'osier qui contient des amandes fraîchement séchées au soleil et le petit pot de miel d'abuelita (grand-mère) Feliza, pour l'embrasser, s'abandonnant dans ses bras passionnés. Le soleil inonde la vallée et les hautes herbes abritent les ébats brûlants des amants, à l'ombre du vieil olivier. 

En se relavant, Maria-Simona constate que le pot s'est renversé dans le panier et que le miel s'est répandu sur les amandes. Le soleil et la chaleur ont cristallisé le mélange qui a formé une pâte moelleuse et dorée qu'elle porte à sa bouche : ce méli-mélo est à la fois surprenant et délicieux, aussi doux que sucré, aussi onctueux que croustillant, fondant mais ferme. Quelle découverte !

C'est ainsi que naquit, en 1835 le fameux touron de Maria-Simona. Dieu a créé l'amande, Maria-Simona lui a donné ses lettres de noblesse*

* Ce personnage Maria Simona et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite 




7 types de turron classiques/originaux et 4 turrons sans sucres 100% ingrédients espagnols        (garantis sans gluten)



Découvrez nos nouveaux Turrons avec -10% avec le code MS10 sur le site                         www.mariasimona.com 

mardi 22 septembre 2015

Le Piment d'Espelette : l'or rouge du Pays Basque !

S’il est bien un produit gastronomique qui représente le Pays Basque, et ce, bien au-delà des frontières françaises et espagnoles, c’est bien le piment d’Espelette. Véritable emblème de la région, Relais Gourmet se devait de vous le proposer. C’est chose faite, depuis quelques mois. Nous avons comme pour tous nos produits, pris le temps de sélectionner des piments de grande qualité, qui sont reconnus par l’AOC ‘Piment d’Espelette’.

Cette AOC, qui fixe des règles très strictes à chaque étape de la culture des piments, permet non seulement d’obtenir une excellente qualité des piments, mais aussi de sauvegarder un mode de culture traditionnel. Ce mode de culture puis de séchage traditionnel donne au piment d’Espelette toutes ses qualités gustatives : finesse, goût fruité, piquant chaleureux…




Il remplace le poivre et accompagne grillades, poissons, salades, omelettes, sauces…..
Profitez de notre poudre de piment d’Espelette Burugoria (Tête rouge en Basque) !
Partez à la découverte de ce trésor culinaire.

Bon Régal

Coin recettes :

1° Faire sa poudre de piment d’Espelette :

Ingrédients

Acheter une ou plusieurs cordes (généralement de 20 piments frais) appelées également tresses
De fin août à mi-octobre est la meilleure saison pour acheter son piment d'Espelette frais.
Si vous achetez vos piments en vrac pour faire vos cordes vous-même, il y a un élément IMPERATIF : passer la ficelle dans la queue du piment et surtout pas dans sa chair, vous auriez 50% de chance qu'il se pourrisse.

Phases techniques

Séchage :
Les pendre dans un endroit souvent aéré et surtout peu froid. Une façon courante est de les pendre dans sa cuisine, ça donne une jolie décoration. Petite astuce : ne pas les coller au mur mais légèrement en avant (ou alors au milieu de la pièce bien sûr), ils risqueront moins de s'abîmer. Là ils vont sécher et prendre une teinte rouge brun uniforme.
Temps de séchage : mini 3 mois. Idéal 9 mois ou plus.
Mouture :
Fendre le piment sur sa longueur
Sortir la masse des pépins (mais en laisser une bonne part),
Couper les piments en 3 ou 4 parties
Les moudre dans un moulin à café 2 par 2. Durée 3-4 mn
Mais ATTENTION : ne pas moudre tous les piments. Vous êtes censés en avoir acheté pour un an. Or la poudre se conservera parfaitement 3 mois sans altération ni du goût ni de la finesse. Au delà ça commence à se dégrader et si vous la gardez 1 an elle s'affadira et ce sera dommage. Donc faites la quantité pour environ un trimestre.
Conserver les piments moulus bien fermés et à l'abri de la lumière.
UTILISATION :
Ça prend la place du poivre dans tous les plats (sauf le steack au poivre !!!) et ça donne un goût très fin en particulier à tout ce qui est sauce (daube par ex). Indispensable dans les plats basques (piperade, axoa, merlu koskera ...). Délicieux dans les soupes, bref partout ! C'est très parfumé.




2° Recette de l' Axoa de Veau
L' Axoa d'Espelette est une recette traditionnelle du sud-ouest de la France, qui était servie les jours de foire! On l'accompagnera d'un vin charpenté de la région comme l'Irouléguy ou le Madiran AOC. Voici une recette simple et générique. Axoa se prononce a-t-cho-a, le X basque devenant un ch à l'oral.
Ingrédients
  • 1kg d'épaule de veau,
  • 1 poivron rouge,
  • 1 oignon,
  • 8 piments verts,
  • 1 gousse d'ail,
  • huile,
  • laurier, persil, thym,
  • sel,
  • et piment fort d'Espelette.
Préparation
  • Emincer l'oignon et l'ail.
  • Oter les pépins des piments et des poivrons et les trancher en petits dés.
  • Faire revenir le tout dans l'huile à la poêle dix bonnes minutes
  • ajouter la viande coupée en dés, les herbes, le sel et le piment d'Espelette.
  • Faire sauter le tout 5 mn, puis mouiller avec un petit verre d'eau ou de bouillon.
  • Laisser mijoter à couvert 45 ou 60 mn dans une cocotte.
  • 10 minutes avant la fin de la cuisson ôter le couvercle.
  • Il vaut mieux le faire la veille.
  • Avant de servir, faire à nouveau mijoter 10mn couvert puis 10 mn découvert.
  • Accompagner ce plat de pommes de terre cuites ou bouillies. 

mardi 19 mai 2015

La convivialité, c’est sacré !



Aujourd’hui dans un monde où tout va toujours plus vite, où les pauses déjeuners sont écourtées, où les heures de travail rallongées, il est important de savoir profiter et prendre du bon temps.
Savourer les douces soirées de printemps entre amis, profiter du week-end pour pique-niquer en famille…Tant de choses qui nous rappelle que cet esprit de partage et de convivialité sont sacrés !
Cette convivialité a toujours été présente dans les mœurs, un art de vivre échangé, partagé et souvent chargé de rires, d’émotions…mais aussi de gourmandises…
Chez beaucoup de français, le moment de l’apéritif est vécu comme une mise en bouche de la soirée, un moment unique où l’on peut découvrir mille et une saveurs, des trésors gastronomiques.
L’apéritif est aussi très important en Espagne, il est d’ailleurs considéré comme un repas à part entière de la journée, grâce à des tapas et un verre entre mais, l’apéritif permet de décompresser et d’échanger sur la journée qui vient de s’écouler…




Chez Relais Gourmet, c’est à travers ce véritable art de vivre, que nous avons conçu les « Apéros gourmets »…Des bouchées à tartiner, un moment de vie à croquer, de la convivialité à partager !

« L'Homme a créé l'apéritif, Relais Gourmet lui a donné ses lettres de noblesse. »

Des produits nobles issus de la tradition et de nos terroirs, des saveurs uniques 100% françaises, du 100% naturel, garantis sans conservateur, sans additif, ni de colorant mais garantis 100% plaisir !
À travers cette sélection de produits gourmands et gourmets, profitez de ces moments uniques pour vivre une expérience gustative unique qui rime avec bonheur…Car oui, la convivialité c’est sacré ! 




 « La gourmandise est un des principaux liens de la société ; c’est elle qui étend graduellement cet esprit de convivialité qui réunit chaque jour les divers états, les fond en un seul tout, anime une conversation, et adoucit les angles de l’inégalité conventionnelle. »

Brillat-Savarin, Méditation XI, De la Gourmandise, Physiologie du Goût, 1826